Faut-il exposer ses enfants sur Facebook ?

« T’es sur Facebook toi !? – Oui, malheureusement depuis que je suis né mes parents partagent des photos de moi – Ah merde, la loose ! ». Oui, oui, la loose ! Alors que nous avons tous près de nous des personnes qui se méfient de Facebook, à juste titre d’ailleurs, certains exposent leurs enfants sur la toile sans retenue, leur créant aussitôt un passé numérique, est-ce bien ?

Mamie est sur Facebook !

Mamie s’est créée un profil Facebook, et grâce aux photos et vidéos partagées sur le réseau, elle peut voir grandir la chair de sa chair. C’est mignon, vous ne trouvez pas, mamie à la page qui like, share et commente ?

Mamie est In !

Evidemment, je ne peux nier l’intérêt du réseau à rapprocher les personnes physiquement éloignées. Mamie a le droit de voir grandir ses petits enfants c’est sûr, mais pourquoi utiliser Facebook plutôt que d’autres systèmes de partage ultra sécurisés et privés ? Quel est l’intérêt pour ces parents d’afficher leur progéniture sur la toile ? Sont-ce les mêmes qui, une fois leurs boutchous devenus adolescents, réfléchissent à 2 fois avant de leur autoriser l’ouverture d’un compte ? Je m’interroge…

Je ne voulais pas…

Oui, mais petit, on ne choisit pas toujours son destin. Les parents qui décident que l’image de leur enfant ne lui appartient pas, pire, ne leur appartient pas, c’est de cela dont on parle. Du moment où une photo est ajoutée, quelque soit la notion de confidentialité du compte de Papa ou Maman, la photo est perdue, dans l’cul Lulu ! Allez, cela demande des précisions, je te l’accorde…

Une photo postée est une photo perdue

Dans les règles de Facebook, il est écrit que dès lors qu’une donnée est partagée sur le réseau, elle devient la propriété intellectuelle de Facebook. Si le profil est supprimé, les données associées seront supprimées, sauf si et seulement si, tu t’en rappelles j’en suis sûr, la donnée a eu des interactions… le drame ! Tu ne la vois plus parfois, croyant qu’elle n’existe plus, mais elle est là, dormante. Mamie a partagé la photo, l’a commentée, mamie en a confié la propriété intellectuelle à Facebook, Bim ! (plus d’infos)

Et alors me diras-tu, quel rapport avec les gosses, c’est pas bien grave ?

Il y a 10 ans, Facebook n’existait pas !

Et aujourd’hui, toutes les données sont conservées dans des Big DataCenter, elles sont échangées entre les géants du numérique, la reconnaissance faciale est déjà utilisée par tous les moteurs de recherche, et dans 10 ans, je te laisse deviner…

Tape ton nom dans Google Image, tu verras…

Je n’y suis pas, mais force est de constater que tout va plus vite que nous, que tout est paramétré avant même que l’on s’en rende compte, que l’on nous oblige petit à petit à numériser notre vie, alors, dans 10 ans, comment ces données seront réutilisées, car elles le seront, je ne sais pas, mais je trouve qu’il y a de quoi se méfier. Il y a de quoi ne pas obliger nos enfants à vivre cela, ils n’ont rien demandé !

Ton gosse t’as donné son accord ?

Les parents qui usent des réseaux sociaux pour partager leur bonheur, en soit, cela se comprend, mais imagine un instant que cet enfant, ton enfant, soit aussi le bon copain qui n’est pas sur Facebook aujourd’hui, celui qui a pris le temps de lire les conditions d’utilisation, celui qui a compris qu’après avoir cliqué sur « rejoindre le réseau » sa vie appartenait à tous ! Tu aurais aimé qu’on fasse la même chose pour toi il y a 20 ans, que l’on décide à ta place ?

Le pire dans cette histoire, c’est qu’à l’âge où les enfants sont suffisamment grands pour décider de leur vie numérique, souvent, ces mêmes parents s’opposent à leur inscription sur Facebook, prétextant que cela peut-être dangereux. Le monde ne tourne pas rond, comment d’un côté mettre en ligne des photos de son enfant pour plus tard lui interdire d’accéder au réseau par crainte…

Facebook, c’est dangereux mon fils !

L’aveu est clair, tout le monde sait que nous devons nous méfier des réseaux sociaux… et pourtant, par fainéantise de trouver un autre moyen de partager ses données, par méconnaissance des règles et conditions, par excès d’exhibition, des enfants se retrouvent chaque jour sur la toile, à leur insu.

Méfions-nous… ils seront grands un jour.

 

T'as quelque chose à dire ?

On ne communiquera jamais ton mail à personne. Nous.

Restez aware

Recevez tous les 15 jours l'activité d'Enkulte, ne ratez aucun article, et ne passez plus jamais pour un benêt lors de vos soirées mondaines.