Faut-il employer les mots black, pédé et autres déviations linguistiques ?

J’ai parfois la faiblesse de penser que je suis un garçon plutôt bien, ouvert d’esprit, bien éduqué. Ni raciste, ni sexiste, ni homophobe. J’emmerderai même plutôt tout ce qui finit par -phobe d’ailleurs. C’est bien connu la peur mène à la haine, et la haine…

Pourtant cher-e enkulté-e, il m’arrive, et bien trop souvent je dois dire, d’utiliser des expressions aussi connes que «ça c’est pas une frappe de pédé» en matant du foot bien sur et il m’arrive même de rire instinctivement quand Blaise fait un rapprochement équivoque entre le postérieur d’Estelle et la porte d’Aix (ou disons l’Arc de Triomphe si tu es parisien).

Qu’on ait vingt ans, qu’on soit grand père

Ça fait mal de se rendre compte qu’on est un gros con… En plus je le sais bordel, je le sais parce que j’ai deux manies. La première c’est de répéter chaque jour que les mots ont un sens et la seconde c’est que je déteste que les gens disent «black» en parlant d’un noir. Je ne le suis même pas noir, pourtant, un peu bronzé soit, caramel, doré au soleil, mais c’est suffisant pour m’énerver.

Avant tout et pour répondre à ta question, non en effet je n’ai plus beaucoup d’amis. Mais blague à part, c’est finalement très important. Parce que les mots ont réellement un sens et parce qu’ils traduisent chacune de nos pensées c’est aussi par eux qu’un jour nous serons tous égaux.

Liberté, Égalité, Fraternité

Toi tu dis black, je le sais. Je sais aussi que t’es en train de te dire, «je dis black mais y a rien de raciste la dedans, c’est juste une expression que j’emploie depuis toujours». Je le sais. Quand je dis que cette côte de bœuf de 3kg c’est pas une côte de pédé, moi non plus je ne sens pas particulièrement homophobe. Pour dire, je ne pense même pas aux homosexuels, consciemment il n’y a aucun lien entre les deux. Sauf qu’en fait si. En disant cela on continue d’alimenter certains clichés, certains aprioris relayés en premier lieu par les phobiques. En l’occurrence qu’une personne homosexuelle, ne serait pas capable de frapper aussi fort dans un ballon ou de manger une côte de bœuf de 3kg, étant donné que dans un cas comme dans l’autre ce sont des trucs de mecs, de vrais. Finalement faire ça, ça n’a l’air de rien, ce ne sont que des mots, qu’une expression. Une expression à 100 lieues de toutes mes convictions.

Pourquoi ?

Pourquoi dire black ? C’est vrai après tout  ? Le mot adéquat existe en français, c’est noir. Puisque, effectivement, la couleur de peau est un élément de différenciation valable dans une société à majorité blanche, pour distinguer la seule personne dont la peau est noire dans un groupe, pourquoi ne dit-on pas tout simplement, le noir.

Si j’ai une photo devant moi prise au Sénégal, une photo où six personnes se tiennent droites, l’une est blanche, pour le désigner je vais dire le blanc. Pas le white ou le spirit ou je ne sais quel mot anglo-saxon. Alors pourquoi ici, en France, dit-on black ?

Pourquoi, pourquoi tout ça n’arrive qu’à moi

C’est simple, c’est parce que sournoisement, insidieusement, à la télé, dans la rue, partout on intègre dans nos petits cerveaux que dire noir ça peut choquer, dire noir ça peut blesser. Ben oui noir, c’est dévalorisant, noir c’est comme dire inférieur, un peu, non ? Au moins black ça passe, ça fait même un peu classe, ils seront contents.

Mais non, appeler un chat, un chat n’est en rien dévalorisant. Dire d’un noir qu’il est noir n’est en rien raciste c’est l’inverse qui l’est. Dire d’un noir qu’il est noir, c’est juste être factuel, c’est justement ne pas prendre de parti idéologique quelconque, c’est appeler un chat, un chat.

Le jour où nous serons tous égaux, blancs, noirs, femmes, homosexuels et tous les autres n’est pas pour demain j’en ai peur, mais commençons par arrêter cet insupportable paternalisme, qui consiste à utiliser des mots que les «bien pensants» ont considéré comme moins offensants.

On a déjà commencé en virant mademoiselle, continuons avec black, enfin noir, enfin tu m’as compris quoi.

1 commentaire ! Tu vas pas le laisser tout seul !

Steven

Tu peux aussi lacher le terme « bien pensant » qui désigne un groupe d’individus invisibles dans lequel chacun classe ceux qui penseraient de la mauvaise manière.

Réponds à ça !

T'as quelque chose à dire ?

On ne communiquera jamais ton mail à personne. Nous.

Restez aware

Recevez tous les 15 jours l'activité d'Enkulte, ne ratez aucun article, et ne passez plus jamais pour un benêt lors de vos soirées mondaines.