Faut-il apprendre à lire les étiquettes de la bouffe qu’on achète ?

« Hum ouais moi je mange bio ouais, ah ben oui c’est la base ! Déjà je cultive mon persil et mes tomates, je mange que du saumon d’Alaska, sauvage ça va sans dire hein wink, et je me fournis de baies d’açai via un petit producteur commerce équitable qui permet aux petits enfants amazoniens d’acheter des slips »

Ouais ok et sinon dans la vrai vie ?

Dans la vrai vie petit(e) enkulté(e) t’as comme moi une heure pour bouffer le midi et t’as pas toujours le temps, ni l’envie soyons honnête, de te préparer tes bettes et autres edamame. Te voilà donc seul avec tes états d’âme face aux rayons éblouissants du petit Casino du coin.

Œillères, que veux-tu

Le premier truc que tu vois c’est forcément ce qu’on te martèle à longueur de journées. A la télé, sur le bord des routes et aux arrêts d’autobus, on imprègne dans ton cerveau de consommateur des noms, des valeurs, des marques.

Seras-tu plus humain si t’achètes des légumes moches, Croustibat te rendra-t-il meilleur, chanteras-tu comme une connasse (ah oui parce que aussi, dans le monde magnifique de la pub, si tu fais à manger tu es une femme) si t’achètes de la purée Mousline ?

la pub n’a pas ce genre d’effet sur toi

Bon on va passer vite fait puisque je sais qu’en tant qu’enkulté(e) tu es bien loin de ce genre de considération et que la pub n’a pas ce genre d’effet sur toi.

Connerie, puisque forcément inconsciemment, insidieusement, on est tous touché par la pub, essayons simplement de nous poser la question « Qu’est-ce qui me dicte cela ?»

Et surtout appuyons nous plutôt sur des éléments objectifs, regardons l’étiquette de derrière plutôt que celle de devant.

Le piège sournois des carottes râpées

« Bon ben tiens ben je vais prendre des carottes râpées toutes simples ! » Et bim baisé.

Oui je te l’accorde, ça partait plutôt d’un bon sentiment, des carottes râpées, ça semble sain, enthousiasmant même ! C’est bon les carottes, ça donne une bonne mine bronzée les carottes. Et puis là pas d’empoisonnement commercial juste une jolie boite en plastique avec des carottes dedans. Vraiment ? Jetons plutôt un œil à notre fameuse étiquette.

ça donne une bonne mine bronzée les carottes

Alors ok, déjà il faut savoir, petit enkulté(e) que si comme moi tu pensais que l’ordre des aliments était joué aux dés par les grands gourous de la carotte râpée, en mode, «moi je kiffe l’huile de colza je veux qu’elle soit marquée en premier !» «Ta gueule, le vinaigre d’alcool vaincra !», et bien tu te fourrais le doigt dans l’oeil ! Et oui l’ordre n’est pas fortuit !

Je te laisse deux secondes pour te remettre de tes émotions et je te dévoile l’effroyable vérité.

Les ingrédients sont rangés par ordre d’importance ! Et oui le premier est le plus présent et le dernier le moins. Revenons-en donc à nos moutons carottes. Voici la liste (Je remercie Monique Ranou pour m’avoir vendu ses carottes) : Carottes 83% (céleri), eau, huile de colza, vinaigre d’alcool, moutarde de Dijon (eau, graine de noutarde, vinaigre d’alcool, sel, acidifiant (E330), conservateur (E224)), pulpes d’orange, jus concentré d’orange, jus concentré de citron, arôme naturel de citron, épaississants (E412, E415, E417), conservateur (E202), sucre, poivre. Traces éventuelles de Gluten, Crustacés, Mollusques, Poisson, Oeuf, Lait, Soja.

0f490918052b7b6be28dc3003126d9db

Bon déjà le premier ingrédient ce sont les carottes, ouf, on aurait pas supporter un deuxième coup dur aujourd’hui. En revanche, bordel que cette liste est longue ! Qu’est-ce que c’est que ces E quelque chose ? Du jus d’orange vraiment ? Épaississants ? Du sucre ? WTF moi je voulais juste des carottes râpées ! Faut vraiment tout ça en plus, pour qu’elles soient bouffables ? (et j’ai volontairement pas mis mangeables)

Des épaississants ? Du sucre ?

Les «Traces éventuelles» sont encore plus ahurissantes mais sache que c’est une obligation légale. Et oui malgré ce que tu pourrais croire (décidément on va de déception en déception) tes carottes ne sont pas préparées amoureusement au milieu d’un champ en Aquitaine. Et non, elles sont faites dans une bonne grosse usine, un atelier avec plein d’autres produits susceptibles d’entrer en contact avec tes carottes. Bon du moment que tu n’y trouves pas une tête de souris (tu te souviens cette histoire ?)

Et encore j’ai été gentil avec mes carottes, va voir de quoi est faite la sauce de tes lasagnes ou la proportion de morue qu’il y a dans ta brandade bon marché. Qu’on rigole.

Savoir c’est pouvoir

Maintenant tu sais, tu sais que les mecs préférerons payer des fortunes pour mettre une connasse qui chante avant le 20h (oui désolé elle m’énerve cette pub) plutôt que de mettre de l’huile de colza à la place de l’huile de tournesol dans la vinaigrette qu’ils essaient de te vendre. Alors sois vigilant, si tu n’a pas pris une demie-heure la vieille pour râper tes carottes prends au moins 5 minutes pour comparer la composition de ce que tu achètes.

PS: J’offre un tee-shirt au premier qui me donne le nombre exact de fois ou je mets carotte dans cet article (joko_@_enkulte.fr enlevez les _)

T'as quelque chose à dire ?

On ne communiquera jamais ton mail à personne. Nous.

Restez aware

Recevez tous les 15 jours l'activité d'Enkulte, ne ratez aucun article, et ne passez plus jamais pour un benêt lors de vos soirées mondaines.