Faut-il critiquer les goûts musicaux d’autrui ?

T’écoutes quoi ? Tragédie, tu connais ? Nan mais lol. C’est de la merde. Bam ça s’est dit. Ben non c’est carrément pas de la merde Tragédie, c’est enlevé, bien écrit, poétique, regarde comme ça fait bouger la tête. Est-ce que tu m’entends Hé Ho ! Nan mais t’es sérieux ?? La musique c’est de la merde, la situation, les paroles c’est de la merde ! Tragédie c’est de la merde !

Mais euh non j’aime Tragedie moi snif. (NDLA : Je précise qu’il s’agit là d’une mise en situation tout à fait fictive)

J’écoute donc je suis

C’est toujours compliqué d’entendre des critiques sur ses goûts musicaux. C’est vrai dans le fond si on critique le son que t’écoutes, on te critique un peu toi. Ben oui ce que tu écoutes définit souvent un trait de ta personnalité. Il est rare de voir un adorateur de Chopin, se balader en sweat à capuche Obey, Supra aux pieds.

Dire que ce que t’écoutes c’est de la merde, quelque part c’est dire que t’as des goûts de merde et en définitive dire que tu es toi-même … une merde. Et donc bon ça, à moins d’aimer les combinaisons full cuir, les baillons-boule et se faire appeler la Crampe, c’est moyen moyen.

Ben alors qu’est-ce que t’attends pour la réveiller si elle pionce ?

On pourrait se dire qu’avoir des goûts de merde c’est pas si grave et pourtant, possible que l’on rate mieux ? Possible qu’en réalité, cette critique n’est pas là pour s’en prendre seulement violemment à notre égo mais pour nous faire avancer. La terrible question se pose. La critique est-elle constructive ?

Critique de la raison pure

Le monde se divise en deux catégories. Les haters et les selfers. Les premiers critiquent histoire de critiquer parce que c’est facile et souvent ça touche l’autre, on revient sur l’ego tout ça. Le hater trouve là une certaine jouissance quand à observer la réaction provoquée. La toute puissance ressentie en voyant qu’il peut influer sur le petit être ridicule que tu es (dans son esprit) est proche de l’orgasme multiple dont seules les enkultées ont conscience (chanceuses).

Si l’objectif est franchement critiquable et si la critique en elle-même s’avère souvent peu constructive, la remise en question provoquée par le hater peut être intéressante. C’est vrai se poser des questions c’est toujours bien. Faut-il vraiment que j’écoute Tragédie ? (celle-la vaut vraiment le coup de se la poser)

Cherche pas t’as tort

Le selfer lui c’est tout autre, il sait. Et la plupart du temps sa critique est étayée, argumentée d’un savoir que toi là tu n’as pas.

Oui parce que malgré ce que nous crie notre ego, on peut parfois avoir tort. Et il possible que de manière tout à fait objective en se plaçant sur des notions de rythme, de qualité d’écriture, d’originalité et de dizaine d’autres métriques, ben ce qu’on écoute c’est un peu de la merde.

Doit-on pour autant accepter qu’on nous le fasses remarquer ? La musique c’est aussi une question de sensations, d’amour même et on sait bien que l’amour rend aveugle. Que finalement si tu aimes te trémousser sur de la musique de merde et bien pourquoi pas ?

Si tu es fou d’amour pour cette brunette un peu cruche ou ce blondinet totalement imbus de lui-même, on va pas venir te le dire, du moment que t’es heureux(se). Enfin on le dira derrière ton dos mais tu n’auras pas à le subir de plein fouet.

La comparaison s’arrête la cependant parce que y a pas de mal à critiquer du son. Ce qui est important à mon sens c’est de ne pas rester fermer qu’on soit critique ou critiqué. L’important c’est d’ouvrir tant qu’on peut et de s’ouvrir soit-même. La musique est vaste et souvent bonne aussi même loin de ses propres habitudes acoustiques.

Est-ce que tu m’entends ? Soyons à l’écoute tout simplement. He ho.

T'as quelque chose à dire ?

On ne communiquera jamais ton mail à personne. Nous.

Restez aware

Recevez tous les 15 jours l'activité d'Enkulte, ne ratez aucun article, et ne passez plus jamais pour un benêt lors de vos soirées mondaines.